La France est connue pour être une nation à avoir produit des avocats pénalistes de renom : Robert Badinter, Hervé Temime, Georges Kiejman, pour ne citer que ceux-là. Éric Dupond Moretti fait partie de ce lot d’avocats pénalistes français ayant acquis au fil de leur carrière une grande renommée. Aujourd’hui Ministre de la Justice en Hexagone, la trajectoire de ce ténor du barreau à la personnalité forte et atypique est loin d’être un long fleuve tranquille. Dès lors, vous vous demandez surement qui est Éric Dupond Moretti ? Réponses dans les lignes qui suivent…

Éric Dupond Moretti : vie et carrière

Né le 20 avril 1961, Éric Dupond Moretti a des origines italienne (du côté de sa mère) et française (du côté de son père). Ayant perdu son père très tôt (à l’âge de 4 ans), il est élevé par sa mère. Comme beaucoup de personnes ayant emprunté les sentiers de la justice, son histoire va fortement influencer sa volonté de devenir avocat pénaliste. La suspecte de son grand-père maternel en 1957 mais également l’exécution de Christian Rannucci (en 1975) furent des ondes de choc qui motiveront le jeune Dupond Moretti à faire des études de droit. Après sa formation juridique, il prête serment et intègre le barreau de Lille. Il commence alors sa carrière d’avocats d’abord dans les Prudhommes et par ricochet dans les commissions d’office. Après des débuts modestes, sa carrière d’avocats pénalistes décolle avec la gestion de plusieurs dossiers complexes. Des procès hautement médiatisés qui donnent à Éric Dupond Moretti une renommée fulgurante : défense de Karim Benzema, Nicolas Karabatic, de Bernard Tapie, d’Omar Zemmiri, de bien d’autres personnalités…

Parallèlement à sa carrière d’avocat, Éric Dupond Moretti est également un écrivain. Il a partagé au grand public plusieurs ouvrages dont Directs du droit, Bête noire, Le calvaire et le Pardon, etc.

Éric Dupont Moretti : une nomination à la tête de la justice française ayant fait couler beaucoup de salives

La nomination d’Éric Dupont Moretti garde des sceaux-Ministre de la justice le 6 juillet 2020 n’a pas fait que des heureux. Si pour les avocats, il s’agit d’une bonne nouvelle, les magistrats ont beaucoup plus de réserves. Il faut dire que l’attitude d’Éric Dupont Moretti envers les magistrats, tout au long de sa carrière, est loin d’être amicale. Il ne serait même pas exagéré de dire qu’ils « méprisent » les magistrats français (propos de la présidente de l’Union Syndicale des Magistrats, Céline Parisot).

Quoiqu’il en soit, tous les acteurs de la justice espèrent se retrouver dans la gestion d’Éric Dupond Moretti.

Jessica Jacob